Menu

Êtes-vous un aidant ?

À partir de quand êtes-vous aidant ? Si vos parents sont âgés ou le voisin se remet d’une chirurgie, alors bien sûr, vous êtes là pour eux. Vous faites une course, passez l’aspirateur à la maison ou faites des allers-retours à l’hôpital. Mais s’agit-il de soins informels ? Si vous consacrez 8 heures par semaine ou plus à des soins non rémunérés pour une personne handicapée, vous êtes officiellement une personne aidante.

Par exemple, la personne dont vous prenez soin peut souffrir d’une maladie chronique, comme la SP ou l’arthrose. Ou vous prenez soin de quelqu’un qui ne peut plus prendre soin de lui-même en raison des signes de vieillesse. Souvent, les aidants s’occupent d’un être cher comme un partenaire, un parent ou un enfant. Il existe une différence entre aidant et aidant intensif, selon la recherche publiée dans le Scandinavian Journal of Public Health. Si un aidant passe plus de 11 heures à s’occuper d’une autre personne, cela est condidéré comme du soin intensif. En Europe, en moyenne, 34% des habitants sont des aidants, dont environ 7% sont aidants intensifs. Les aidants aident souvent avec les travaux ménagers tels que l’aspirateur, le lavage, les courses et la cuisine. Ce que fait un aidant précisément dépend des soins dont le bénéficiare a besoin. Il peut s’agir de :

  • Transport
  • Tenir compagnie
  • Gestion de l’argent
  • Corvées dans et autour de la maison
Un aidant aide une dame à monter dans la voiture

Mais les soins font de plus en plus partie de la compétence de l’aidant. Par exemple, habiller ou doucher le bénéficiaire des soins. En moyenne, les aidants passent plus de temps à s’occuper des personnes âgées qu’à s’occuper des jeunes. Les plus de 65 ans ont en moyenne besoin de 30 heures de soin par semaine. Pour les jeunes jusqu’à l’âge de 25 ans, c’est environ 20 heures selon Partnership for Solutions. La plupart des aidants fournissent ces heures de soin, ou une partie de celes-ci à leurs parents (42 %) ou un ami ou un voisin (15 %).

Qui sont les bénéficiaires de soins ?

Cette étude montre que le bénéficiaire moyen des soins a presque 70 ans. Et 47% des bénéficiaires ont plus de 75 ans. De nombreuses personnes de cet âge sont confrontées à une maladie chronique ou mentale. Par conséquent, ils peuvent devenir physiquement limités pendant une plus longue période de temps. La démence, la perte de mémoire et la maladie mentale sont courantes chez les bénéficiaires de soins. Avec l’aide de connaissances, ils peuvent souvent rester à la maison plus longtemps, avant d’avoir à déménager dans une maison de repos. Les femmes sont plus susceptibles de souffir de maladies chroniques et, en moyenne, plus âgées que les hommes. C’est probablement pourquoi les femmes sont presque deux fois plus susceptibles de recevoir des soins que les hommes.

La pression sur les aidants

Beaucoup de personnes aidantes aiment aider leurs proches. Elles se soucient de l’autre personne ou pensent qu’il est normal de s’entraider. Mais être aidant peut aussi avoir des inconvénients. Certains soignants considèrent les soins comme difficiles. Le nombre d’heures qu’un aidant consacre aux soins varie de 8 à des dizaines d’heures par semaine. De nombreux aidants ont également un emploi moyen de 32 heures par semaine. Ceci, ainsi que le temps de déplacement pour le bénéficiaire des soins, met beaucoup de pression sur les épaules des aidants. Selon le rapport Caregiving in the U.S., 76% vivent à 20 minutes de ceux dont ils s’occupent. Alors que 11% vivent à plus d’une heure l’un de l’autre. Le temps de déplacement que les aidants consacrent à chaque visite crée une pression supplémentaire. Cela peut être vu, entre autres choses, dans le nombre de visites du soignant. Les aidants qui doivent voyager plus d’une heure ne rendent souvent visite au bénéficiaire des soins qu’une fois par semaine.

Selon les prévisions, la pression sur les aidants ne fait qu’augmenter, car l’Europe vieillit. Le rapport d’Eurostat Sur le vieillissement de l’Europe prévoit une augmentation de la proportion de plus de 65 ans en Europe. De 101 millions en 2018, ce nombre passera à 149 millions en 2050. En 2018, il y avait 3 travailleurs pour 1 personne de plus de 65 ans. D’ici 2050, on s’attend à seulement 2 travailleurs pour une personne de plus de 65 ans. En tant qu’aidant, il devient plus difficile de distribuer les heures de soins pour une personne ayant besoin de soins. Ce qui augmente la pression sur la personne aidante.